Catégories
Réflexion

Je préfère les écureuils aux maths

Ils se courent l’un après l’autre, s’amusent, en tout cas d’ici c’est l’impression que ça me donne. Eux sont à leur place, moi ici, je me le demande. Si j’écoute ce que je ressens, je n’ai vraiment pas l’impression que c’est ma place.

Je suis en math, matière qui ne m’intéresse pas car je ne désire pas faire de carrière scientifique, et ce que j’y apprends ne me sera d’aucune utilité. Pour certains ça l’est. Par contre ce qui le serait ne m’est pas enseigné. Bilan j’ai des 3/20, 5/20. Bref c’est la catastrophe, mais il faut dire que je préfère largement regarder les écureuils courir dans les arbres par la fenêtre.

L’apprentissage de la liberté par l’expérience

Malgré tous ces …

Partager cet article

ÉcureuilIls se courent l’un après l’autre, s’amusent, en tout cas d’ici c’est l’impression que ça me donne. Eux sont à leur place, moi ici, je me le demande. Si j’écoute ce que je ressens, je n’ai vraiment pas l’impression que c’est ma place.

Je suis en math, matière qui ne m’intéresse pas car je ne désire pas faire de carrière scientifique, et ce que j’y apprends ne me sera d’aucune utilité. Pour certains ça l’est. Par contre ce qui le serait ne m’est pas enseigné. Bilan j’ai des 3/20, 5/20. Bref c’est la catastrophe, mais il faut dire que je préfère largement regarder les écureuils courir dans les arbres par la fenêtre.

L’apprentissage de la liberté par l’expérience

Malgré tous ces merveilleux enseignants et profs, qui pour beaucoup mettaient beaucoup d’attention et de patiente dans leurs cours, je me suis toujours demandé, tout au long de ma scolarité :

  • Pourquoi enferme t’on les enfants, à l’âge le plus curieux de la vie, durant toute l’enfance et l’adolescence ?
  • Pourquoi ce qui est censé être des années intéressantes, fabuleuses, sont à ce point ennuyantes et donnent l’impression d’être perdues entre 4 murs, assis sur une chaise, pour apprendre la vie par procuration 8 heures par jour ?

J’ai un peu l’impression que nous traitons les enfants comme des bouteilles de coca dans une usine à la chaine.

Néanmoins, je n’étais pas en échec, mais pas un foudre de guerre non plus. Je fais le minimum dans le courant de l’année, et bosse comme un fou pour les examens. Je suis ce qu’on peut appeler un élève moyen, gentil (trop) et tranquille (trop), effacé même, le taux de confiance en soi proche de zéro.

Les seules matières où je sors du lot sont les matières techniques en ce qui concerne mes années bacs et BTS. Pourtant, certaines matières de ma spécialité sont aussi dures qu’en math.

Une simple raison, c’est plus concret et cela fait appel à mon côté créatif. Côté que l’école a d’ailleurs largement endormi et qui est compliqué à réveiller. Pourtant j’en ai largement besoin.

Pourquoi j’ai fait des “études”

Certains se demandent peut-être pourquoi j’ai fait des “études” (rien de mirobolant, un BTS) alors que je savais ce que je voulais faire et que je n’étais pas un fou d’école.

J’ai choisi librement de continuer. J’ai fait le BTS en roue de secours, au cas où un accident m’empêche d’être secouriste en montagne. Même si l’échec n’avait pas de place dans mon esprit.

Mais de tout ça, hormis le fait que j’ai tout oublié et que je ne l’utilise pas, je m’y suis fait de bon potes.

Si je m’étais planté pour le secours en montagne, le BTS ne m’aurait été d’aucune utilité, ayant tout oublié, et il était hors de question que je m’enferme dans un bureau d’études.

Mais ces 2 années après le bacs ont été excellentes.

Plus tard vous regretterez vos années d’études

Vous n’avez jamais entendu (ou n’entendez) cette phrase dans la bouche de vos professeurs. “Vous verrez plus tard, vous regretterez vos années d’études et voudrez revenir en arrière.”

J’ai toujours pensé, tout le long de mon éducation. “Une fois grand, pour rien au monde je ne redonnerai ma liberté, pour rien.”

Actuellement, je ne regrette pas mes années d’études, bien au contraire. Mais pour rien au monde je n’y retournerais troquer ma liberté.

J’entends souvent des personnes le dire.

Lorsque nous désirons retourner en enfance, non par simple nostalgie pour revivre quelques moments, un jour de moins bien ou par plaisir, mais parce que finalement c’était mieux. Ne doit-on pas voir là, le fait que cette liberté tant attendue n’est en fait qu’une autre prison ? Moins confortable.

Si jusqu’à un certain âge vous n’aviez pas vraiment le choix, aujourd’hui il ne vous est pas donné une journée, sans la possibilité de tout remettre en question et de commencer à changer ça.

Ne vous laissez pas enfermer, à penser que si vous avez loupé vos études, qu’elles ne vous conviennent pas, vous ne réussirez rien et êtes un raté. Il n’y a rien de plus faux.

Vous avez fait l’expérience de ce que vous ne voulez pas ou plus, et le remettez en question, c’est une bonne chose.

Il est bien plus important d’écouter votre instinct, de savoir ou votre cœur vous mène, que d’avoir un gros diplôme qui ne vous intéresse pas, et ne vous servira sûrement pas.

Vous ferez ensuite ce qu’il faut. Quitte à apprendre de nouvelles choses.

Le but est d’être comme cet écureuil qui joue dehors, et non regarder ceux qui jouent par la fenêtre. Le plus difficile est de trouver votre jeu. Et vous avez le droit que ce soit les maths, faire de grandes études.

Regrettez-vous vos années d’études ou faites-vous des études qui ne vous correspondent pas ?

A quoi aimeriez-vous jouer ?

 

crédit photo : Max.Bth

Partager cet article

7 réponses sur « Je préfère les écureuils aux maths »

j’adore les écureuils !! tu en avais de la chance de pouvoir les voir de la fenêtre de l’école :), moi non plus j’aime pas les maths… trop abstrait ! moi aussi j’ai appris des tas de choses inutiles, dont je savais pertinemment que je ne me servirai jamais puisque je n’aimais pas ça.. mais, formatés comme nous le sommes tous par la peur du lendemain, le ‘il faut”, des générations entières se sont engluées sur les bancs de l’école, et bien des générations s’englueront encore…
A tel point que lorsque j’ai repris des études à 35 ans pour me remettre “dans le bain” comme on dit après 15 ans d’interruption professionnelle, et bien j’ai écouté ce que l’ANPE me proposait “qui me correspondait le mieux et me serait le plus utile” : un BTS Assistante de Direction, pour faire suite à un bac de secrétariat médico-social. Je n’aime pas spécialement le secrétariat, tout ce qui touchait aux livres ou à la psychologie par contre … J’ai eu ce bts, et.. ne m’en suis jamais servie pour diverses raisons, mais qu’en aurait-il été si j’avais eu suffisamment confiance en moi pour faire ce qui me plaisait ? j’étais “trop vieille” pour entamer de longues études… bon, si on veut ! ce n’est pas ce qui m’a empêché, c’est surtout que c’était loin de chez moi et que j’avais deux jeunes enfants..
Aujourd’hui, c’est ma fille qui a dû choisir une orientation après son bac.. Elle qui a de nombreux centres d’intérêt, dont la musique, le cheval, l’animation, le théâtre, a choisi de faire… médecine ! pourquoi ? parce que très peu de débouchés dans ce qu’elle aimait. Elle s’est lancée dans ces études pour faire sage-femme ou pédiatre, elle ne sait pas encore..à condition de réussir le concours, très très sélectif !! Mais elle est motivée la demoiselle, malgré les kilos de papiers à apprendre par cœur, la chimie indigeste, le vocabulaire à coucher dehors, etc etc etc..
Je ne sais pas ce que cela donnera, je lui souhaite de réussir bien sûr car depuis deux ans, elle a fait de nombreux sacrifices..
Difficile de faire ses propres choix, mais c’est encore pire de tenter d’aider ceux qu’on aime car la peur de mal faire est encore plus présente, du moins dans mon cas.

Il n’est malheureusement pas évident de faire ses choix d’études. Et notre système uniformisateur s’il était utile à une époque pour certains besoins de société est aujourd’hui dépassé et nous dessert plus qu’il nous sert. Pour faire court je trouve que c’est vraiment une catastrophe monumentale. Ça détruit des vies et ne sert même plus les intérêts de société.
Mais ça ne change malheureusement rien.
L’école où se trouve mon neveu et ma nièce (primaire), quand un élève est en échec, ils le placent dans des classes spécialisées pour les élèves en échec. Bref ils les mettent de côté plutôt que se remettre eux en question. Quand j’ai entendu ça, ça m’a fait bouillir.
En primaire ils détruisent des vies. Alors que certains enseignants en développant quelques idées faciles a mettre en œuvre ont éradiqués l’échec de leur classe, et permis à des enfants de retrouver confiance en eux.
C’est tout un système à revoir, concentré sur où l’on peut caser une personne dans un système pour qu’elle rapporte de l’argent plutôt que qu’est ce que, elle, peut apporter d’unique en tant que personne.
Je souhaite bien de la réussite à ta fille. Elle a dû sûrement mettre ses passions de côté, mais qui sait une fois qu’elle travaillera elle trouvera certainement sont équilibre entre tout ça.
C’est tout ce que je lui souhaite. Elle a l’air d’être une grande travailleuse et de se donner les moyens, pas de raison qu’elle ne finisse pas par le trouver. 🙂

PS : en ce qui concerne l’écriture, ta passion, nous venons de tester createspace, le service d’impression à la demande d’amazon. C’est génial. Je t’encourage le jour où tu as quelque chose de prêt à l’utiliser. Et même pas besoin de refaire d’études. 🙂 Si tu as à ce moment là besoin d’aide, n’hésite pas.

et oui, encore une fois, 100% d’accord avec toi…
depuis le temps qu’ils font, refont, défont les réformes et que rien ne s’arrange, il va bien y avoir un moment où quelqu’un aura le courage de refondre complètement tout ça pour refaire quelquechose de plus adapté, même s’il y aura toujours des mécontents pour empêcher le monde d’évoluer..
je n’oublie pas ta proposition et ferai appel à toi le moment venu, merci beaucoup ! 🙂

Le monde n’est que le reflet de toutes les personnes individuelles que nous sommes. Et pour le moment nous ne savons pour la plupart pas évoluer consciemment. Nous avons encore besoin d’aller au fond du trou pour accepter de changer. Voir d’aller au fond du trou plusieurs fois. Ce n’est pas agréable et c’est énervant, mais pas un mal. Simplement à mon avis une évolution normale et lente.
Les changements viennent, mais sont rarement officiels. Plutôt des initiatives parallèles. Et heureusement, elles ne manquent pas. 🙂 Et sont encourageantes.
Tu peux même voir des initiatives dans l’éducation nationale de la part de jeunes enseignants. Le blog “si c’est pas malheureux” par exemple en partage une.

bon, cela fait 3 fois que je recommence le message, donc je fais court cette fois 😉
Très bonne initiative que ce blog, bien utile pour les élèves lents ou timides qui n’osent pas poser de questions en classe..
et oui, nous finirons par changer ce monde qui marche sur la tête : d’abord parce que marcher sur la tête, c’est pas pratique et ça finit par faire mal ;). Ensuite, parce que je trouve que de plus en plus de gens améliorent leur pleine conscience, ça fait un peu effet boule de neige en quelque sorte..

Oui ce blog est vraiment excellent et les techniques qu’il utilise permettent à chacun d’évoluer à son rythme.
Il n’y a rien de pire qu’un long commentaire qui disparaît. La technique imparable, de temps en temps sélectionner tout et faire un copier avec un clic droit. Surtout avant de valider.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *