Catégories
Sur la route

Un an de stop le bilan

Ça fait maintenant plus d’un an que j’ai vendu la voiture suite à ma démission et me déplace exclusivement en stop et covoiturage. Surtout en stop.

Tout d’abord ce choix était pragmatique. La voiture est un des plus gros budget, un vrai gouffre. Mon but était de pouvoir faire ma reconversion et recherche personnelle avec le moins de pression inutile possible…

Partager cet article
Stop gorges du Tarn
Stop dans les gorges du Tarn.

Ça fait maintenant plus d’un an que j’ai vendu la voiture suite à ma démission et me déplace exclusivement en stop et covoiturage. Surtout en stop.

Tout d’abord ce choix était pragmatique. La voiture est un des plus gros budget, un vrai gouffre. Mon but était de pouvoir faire ma reconversion et recherche personnelle avec le moins de pression inutile possible.

Ensuite, je n’ai plus d’impératifs horaires sinon ceux que je m’impose.

Je voulais faire plus de rencontres, échanger. Ça a été un gros moteur de ce choix.

Pour finir, je voulais vivre cette expérience. Cette raison se suffit déjà elle-même.

J’avais testé le stop avant de me débarrasser de ma voiture, mais mon choix était arrêté quelque soit le résultat de cet essai.

Le voyage en lui-même

Les temps de voyagent varient énormément. Il n’y a pas 2 journées qui se ressemblent pour un même trajet.

Un jour vous partez à 8h30 de Périgueux en pensant arriver au plus tard en fin d’après-midi dans les alpes, pour finalement le soir vous retrouver à la gare de Lyon. Une fois le billet acheté, vous constatez que tous les trains sont bloqués parce que des hurluberlus ont mis le feu dans des installations électriques de la SNCF. Finalement vous arrivez après minuit à Annecy.

Une autre fois, tout s’enchaîne rapidement et vous ne mettez guère plus de temps que si vous aviez votre propre voiture.

Mais dans tous les cas, le voyage est toujours riche.

Dans l’ensemble, le stop marche bien, et tout n’est pas soumis à la seule chance. La stratégie joue un rôle très important. L’emplacement, le jour de départ, le sourire, la capacité à s’adapter et changer ses plans.

Par contre, j’ai pu vérifier à quel point les médias et nos politiques de division font des dégâts. La peur de l’autre est devenue une constante chez beaucoup de personnes. Les médias en sont pour la plupart les grands responsables, mais pas uniquement.

Les points négatifs

Même avec l’habitude il n’est pas toujours aisé de prévoir le moment d’arrivé, tant deux journées peuvent être différentes. Mais c’est sûrement un manque d’expérience de ma part.

Aussi, vous êtes limité dans ce que vous pouvez prendre avec vous. Vous n’amènerez donc pas votre maison en stop. Il faut faire des choix. Ce qui n’a pas été évident au début pour préparer le sac. J’avais tendance à remplir le coffre de ma voiture.

En cas de mauvais temps, vous ne serez pas tout le temps à l’abri.

Les temps d’attentes peuvent être long. Mais c’est le jeu.

Le positif

Le gros point positif est toutes ces rencontres fabuleuses et variées faites en stop, les échanges.

D’un artiste de cirque jouant dans une petite troupe jusqu’au chef d’entreprise en passant par le camionneur Biélorusse. C’est éclectique et enrichissant.

Du véhicule très lent à 180/200 km/h sur les autoroutes Allemandes.

C’est un bon remède à la timidité, à la difficulté d’aller vers l’autre. Surtout si ça ne marche pas et que vous devez démarcher les conducteurs.

Le rapport au temps est changé. Tout le long de l’année j’ai été bien loin du stress quotidien des horaires, du besoin de tout planifier au poil de cul prêt, ou d’avoir l’impression de tout maîtriser pour être rassuré.

Cela m’a permis de développer ma patiente et ma capacité à vivre dans l’instant présent. Accepter et apprécier ce que la vie offre, ce qui se présente maintenant, et créer avec une belle expérience, apprendre.

J’ai énormément appris de toutes ces rencontres, et elles ont toutes étaient profondément rassurante sur la nature humaine.

Enfin, je ne peux pas emporter avec moi toutes mes affaires. C’est aussi un avantage, ça oblige à plus se concentrer sur “l’essentiel”.

Le covoiturage

Le covoiturage est aussi un excellent moyen de transport et une belle façon de faire des rencontres sympas. L’avantage par rapport au stop est que vous savez précisément quand vous partez et vers quelle heure vous arrivez.

Par contre il n’y a pas le côté aventure, tactique et imprévus qui font le charme du stop. Cette confrontation à ce que la vie offre, maintenant, pour en tirer le meilleur, créer, improviser.

C’est deux moyen de transport sont complémentaires. L’un est plus efficace si vous devez arriver à un endroit pour une heure précise. L’autre pour vivre une aventure, si vous avez plus de temps.

Je perds moins mon temps

Bizarrement, en voiture, même si je ne rechignais pas à avaler les kilomètres et beaucoup bouger, j’ai toujours considéré ce temps au volant comme perdu.

A la fin j’en profitais pour travailler, apprendre. Par exemple, j’écoutais des enregistrements pour travailler une langue étrangère.

Mes voyages en stop peuvent nécessiter bien plus de temps. Mais ils ne sont pas une perte de temps. Ils sont enrichissants.

Est-ce que pour autant je me baladerais en stop toute ma vie. Non.

Par contre la voiture ne reprendra jamais la place qu’elle avait avant dans ma vie, comme une obligation et nécessité. Mais comme un simple outil pour se déplacer. Et des outils pour se déplacer il y en a bien d’autres.

A tous ceux qui m’ont ouvert la porte de leur véhicule et avec qui j’ai partagé un bout de route. MERCI

Vous une expérience en stop ? Racontez-là.

 

Partager cet article

4 réponses sur « Un an de stop le bilan »

La façon dont tu racontes ton expérience donne presque envie de s’y mettre !! Oser dépasser ses peurs, ce n’est pas simple, mais tu as le don de donner envie aux gens d’essayer.. 🙂

Merci beaucoup pour ce beau compliment. Qui dans un sens est rassurant quant à mes choix.
Tout n’est pas toujours rose quand nous décidons de faire un choix qui attire mais fait peur. Mais il n’y a rien de plus épanouissant que de faire ces choix-là.

De mon expérience j’ai trouvé que le stop est une belle école de la vie. Beaucoup de jeunes étrangers le font à travers l’Europe et plus après leurs études. Voir entre. Moins les français.

Sans faire forcément un grand voyage en stop, une petite expérience d’une ou deux semaines, en se laissant plus ou moins guider au jour le jour est excellent.

Merci beaucoup pour l’interview, j’écoute ça tout de suite.

Je comprends tout à fait ce que tu veux dire. J’ai vu que tu as mis le lien de l’interview, c’est chouette ! je me doutais bien que cela te parlerait, je l’ai entendu sur le forum de ma topine Marie.. que je remercie à mon tour au passage 😉
Le net a cela de super, c’est qu’il rapproche les gens : une petite pensée par ci, une autre par là finit par former un véritable courant de pensées. C’est sans doute ce qui fait évoluer le monde de plus en plus vite. Donc plus on fait circuler des pensées positives, mieux le monde se porte 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *